12/13/2011

Cette musique là que personne ne joue

J'écoute cette musique là
que personne ne joue
dans les cordes du jour
dans la buée des vitres
et les toiles d'araignées
J'écoute ce qui naît
sur les tomettes usées
balafrées par les ombres
des oiseaux qui se battent
une miette de pain
J'écoute cette musique là
que personne ne joue
sur la terre glacée
et les branches fumantes
Quelqu'un chante pour moi
un air qui ne vaut rien
Et ça me va très bien

3 commentaires:

Hisope a dit…

C'est curieux parce qu'en lisant ce beau texte j'entends la musique et je m'attends à ce que vous nous le chantiez... Et pourtant je ne suis pas musicienne...
Merci pour ce beau blog !

thoams a dit…

Merci. Mais vaut mieux pas que je chante !

Hisope a dit…

Tant pis je chanterai moi-même alors.

ai-je rêvé ou Monsieur Hugo vient-il de passer par là avant de disparaître ?

J'aime beaucoup celui-là
http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/victor_hugo/les_pauvres_gens.html

dont Guédiguian s'est inspiré pour ses Neiges du Kilimandjaro...