3/04/2012

La trace

Sur la paroi humide et brune de sa grotte, la bête cracha du sang. Appliquant son doigt là où ça fait mal. La trace était belle. Elle recommença à chaque blessure. Un jour, le prédateur qui grignotait son ventre s'attarda sur les signes. Il se mis à rire et à pleurer en même temps. Il venait d'inventer le poème.

Aucun commentaire: