1/10/2013

Passe passe

Ce vieux mur
ciment et salpêtre 
croit tout
ce que la lumière 
lui raconte
pas plus tard 
que maintenant
Il se prend  pour un abricot
Et moi bougre crédule
je pose mon nez 
sur sa peau
prêt à mordre 
son coeur mort
pour un peu 
de sucre chaud

1 commentaire:

Cédric a dit…

un peu comme
aller droit
dans

en pleine
lumière

Amitiés et bonne journée