4/13/2014

La taille des membranes (3)




Peut être que Richard Brautigan
ne pouvait jamais réellement
fermer les yeux





Même en buvant des litres
de mauvais whisky





Même en transformant son ranch
en cercueil



Même en tirant
sur la lune
 


Ceci explique cela



 Je n'ose imaginer
l'épaisseur
de son coeur.

 

(Ce poème hommage à Richard Brautigan fait partie d'un joli petit livre collectif de 2010 chez Gros Textes. Banlieue de Babylone. )

Aucun commentaire: