1/02/2015

Clébard

Ces interminables jours maigres
où l'on court après un pauvre poème
comme clébard esseulé
dans l'arrière cour puante
du quotidien
les dents claquant
dans le vide insipide
de la grisaille
pas même foutue
de choper au vol
la justesse
d'un seul 
mot

3 commentaires:

lacotevincent a dit…

Pour te consoler une chanson qui sonne juste;

http://m.youtube.com/watch?v=9BHfrAjMMkw

Bonne année à toi et à ta famille qui, si je me souviens bien, devrait bientôt s'agrandir.

thoams a dit…

Merci Vincent. tout pareil !

Anne Le Maître a dit…

D'accord, pas drôle, mais une bonne nouvelle quand même : vous êtes là, mots compris. Moi qui avais peur que vous vous soyez fait la belle avec le bison...
Bonne année, Thomas, à partager avec les chiens, les bisons, les nuages les chéri-e-s de toutes sortes et donc les bébés.