3/04/2015

Mi casa ...

Cette impression étrange de s'éveiller dans son poème comme le peintre dans son tableau. Y traîner les pieds sans trop savoir où aller. Ne pas chercher. Habiter. Squatter même.

Aucun commentaire: