7/20/2015

D'une rentrée l'autre ...




Extrait : 
 
"J'ai eu peur. J'avais peur de grandir. Peur de devenir comme tout le monde. Peur d'accepter cette drôle de farce. Peur de passer à côté. Peur de la médiocrité. Et puis j'ai un peu voyagé. J'ai eu deux trois amis. J'ai lu deux trois livres. J'ai rencontré deux trois femmes. Je me suis dis que ça valait la peine. De jouer le jeu. D'accepter la farce. Alors je m'y suis mis. J'ai trouvé une place. J'y ai fait mon trou. J'ai aimé quelqu'un. J'ai eu un fils. Alors j'ai eu peur pour lui. Peur de demain. Peur de la mort. (...) Maintenant j'ai peur de ce que je ne deviens pas. Et puis j'en ai marre d'avoir peur. Ça ne marche plus d'ailleurs. Je n'ai plus peur. J'en ai juste marre." 




Notes de Bois, Illustrations Valentine Leboucq, COUSU MAIN 
Extrait : 
Je n'ai pas quatre dromadaires
ni de galion ni de vaisseau
ni d'ailes au beau milieu du dos

Le monde est grand par la fenêtre
une galaxie dans un verre d'eau
On a les sirènes qu'on mérite

Au petit large 
une planche me souffle sa musique
Des notes dans les nœuds du bois.




 p(H)ommes de terre, avec René LovéLa Boucherie littéraire




Extrait : 

Nous sommes debout
même recroquevillés nous sommes debout
Nous hurlons
bouches fermées nous hurlons

Nous sommes 
ce qui de l'homme
fronce
 

Des Salades, avec des dessins de Matt MAHLEN, Donner à Voir 

Extrait : 
 
Une fois dépliée
la vie ne se replie pas
comment ferait-on
pour ranger toutes les branches
toutes les feuilles
toutes les fleurs
et toutes les racines
dans un noyau d'abricot



Autre choseLes Carnets du Dessert de Lune,

Extrait :

Chaque minuit de mai, il attendait le cri double tranchant, couleur jaune et rouge, de la Dame Blanche. Son père et son grand-père, avant lui, avaient attendu. Un jour, bientôt, il réveillera son enfant et lui dira : « Écoute, les pas dans le grenier. Elle est là. N’aie pas peur. C’est la reine des chouettes qui a choisi son antre. Nos rêves sont une forteresse dans laquelle elle se couche pour nourrir ses petits. Ses plumes blanches sont parsemées de sang. Tu l’entendras toutes les nuits, et puis dans quelques mois tu n’entendras plus rien. La lune sera rouge. Les petits seront grands. Tu auras fait ta part et pour te remercier elle reviendra un jour, à son tour, pour protéger ta nuit et veiller sur ce qui en toi refusera de rompre. »

Rendez vous en aout pour le prochain ...

1 commentaire:

misquette a dit…

A propos de l'extrait de la part des nuages

Nous ne sommes jamais aussi mal protégés contre la souffrance que lorsque nous aimons, jamais si tristement malheureux que quand nous avons perdu notre objet d’amour ou de son amour.

Sigmund Freud