9/06/2015

Côtelette





















Tous les cartables sont trop lourds

Tu cours pour avoir le droit
de te faire mal avec les autres

Chaque jour il faut déchirer sa peau
et la jeter dans la gueule ouverte
de leurs yeux

Le monde a faim et nous sommes tendres comme des madeleines aux oeufs

Ils jouent des coudes
nous on est souple
de la côtelette

Tu es l'anguille qui se faufile
entre les peines et les sourires

Aucun commentaire: