10/17/2015

Les culs pelés de la tendresse


Nous sommes les monstres de l'amour, les culs pelés de la tendresse. Ce que nous rongeons nous réchauffe, ce qui nous réchauffe nous ronge. D'un seul coup de doigt tu peux transpercer la petite peau douce de nos ventres ou briser chacun de nos os. Nous valons moins qu'un coup de botte. Nous sommes les dents de la nuit. La grouillance derrière le rideau. L'ombre portée de votre règne. L'avant et l'après de vos scènes. Vos minuscules terreurs terrées. Capables dans un même élan de chérir et de dévorer. Nous sommes l'écho. L'inverse. L'infime. Un chicotement dans l'infini.

1 commentaire:

Jane Véronique a dit…

C'est ça... acérément dit !