10/27/2015

Les dernières mouches d'Octobre




Les dernières mouches d'Octobre 
copulent avec une frénésie 
toute vaporeuse restent collées
ne volent plus droit
lasses ou anesthésiées
dans la lumière rouillée
où l'amour et la mort
sont déjà  
indissociables

1 commentaire:

misquette a dit…

Que nos rideaux fermés nous séparent du monde,
Et que la lassitude amène le repos!
Je veux m'anéantir dans ta gorge profonde,
Et trouver sur ton sein la fraîcheur des tombeaux!»

Baudelaire, Femmes damnées