5/29/2016

L'autre côté

Un matin en te promenant
sous le sol propre du ciel
j'ai vu la passion de tes mains
explorer une fleur de poireau
et le parfum des chévrefeuilles 
à l'assault des grillages intimes
j'ai vu ces détails qui font
souffler l'autre côté 
dans les fissures
 du mur

3 commentaires:

misquette a dit…

C'est joli, d'autant que la "forme" du poème évoque un coeur.

misquette a dit…

Et puis à propos de l'image de mur, ce texte de Van Gogh, je l'ai sans doute déjà cité mais c'est au cas où quelqu'un serait passé à travers (du commentaire, pas du mur!) ;

"C'est l'action de se frayer un passage à travers un mur de fer invisible, qui semble se trouver entre ce que l'on sent et ce que l'on peut. Comment traverser ce mur, car il ne sert de rien d'y frapper fort, on doit miner ce mur et le traverser à la lime, lentement et avec patience à mon sens" (lettre de Vincent à Theo van Gogh, La Haye, 22 octobre 1882, citée par Artaud dans Van Gogh le suicidé de la société © Editions Gallimard, 1974)

misquette a dit…

Oui, pardon, pressé de faire un jeu de mot, j'en ai oublié que Van Gogh dans la phrase précédente définit l'action de dessiner.