4/10/2017

La fugitive


(Félix Vallotton Wolken, 1890)


Recroquevillé dans les draps, j'enviais les escargots pendant que l'aube déjà piafante nous cassait du sucre sur le dos. Un matin après l'autre, derrière mes portes sombres, je prenais l'habitude de recueillir la nuit. Traquée par une meute de rosée et d'oiseaux. Toujours essouflée et chancelante. Prête à perdre ses ultimes persévérences d'ombre, elle trouvait un dernier refuge au fond du litre de café amer qui réchauffait mon bol.

Aucun commentaire: