5/07/2017

Au bord de la peur

Au matin sous les coupes défaîtes, autour des bols fumants, chacun raconte son cauchemar. L'un, poursuivi par une horde de corbeaux cannibales qui plantaient leurs becs dans les portes. L'autre, affublé d'un furoncle dont le cratère d'abord minuscule atteint vite la taille de l'embouchure d'un tube de mayonnaise dont un flot de sébum verdâtre gicle en lui déchirant la peau du pouce. La troisième, errante sans fin dans les ruelles sombres d'une ville à la recherche de son nourrisson perdu dont l'écho des cris heurte sans fin la grisaille des murs. La cafetière ricane.

1 commentaire:

misquette a dit…

Une brève de comptoir recueillie par des journalistes de 20 minutes ce matin ;

"C'est un film d'horreur sans suspens".

Pas sûr qu'on en voit le bout ce soir.