7/05/2017

La chose



Aucune égalité 
devant la chose
une femme qui jouit
est toujours 
un bouleversement d'étoiles
un mélange d'oiseau
et d'orage
alors qu'un bonhomme
n'est jamais autre chose
qu'un croisement entre
une tortue perverse
et un mécanicien 
préhistorique

2 commentaires:

Mafalda a dit…

Pourquoi cette dichotomie ?
Ce manichéisme ?
Il faut être deux, non ?

thoams a dit…

Oui c'est mieux à deux, ceci dit ce n'est pas indispensable. Un peu comme le degré en poésie ;-)