8/20/2012

Romantisme

Tu me parles d'après. Tu me dis : Il faut se le dire. Tu me demandes : Tu voudras une cérémonie à l'église ? Sûrement pas ! Je te dis : Dans la terre ça ira. Je voudrais devenir un arbre, mais ailleurs que dans un cimetière on n'a pas le droit. Tu me dis : Moi je veux brûler. Pas devenir une charogne. Je rétorque : Moi charogne ça me va. Tout d'un coup tu t'inquiètes : Mais alors on sera séparés ?! Puis tout de suite après : Je veux bien mettre mes cendres sur ta charogne.  Je dis : Ok, tu me tiendras chaud. Je trouve ça beau. On ne se refait pas. Nous sommes des pourritures sensibles.

1 commentaire:

Nicolas Bleusher a dit…

"Je ne suis pas un sentimental. Pas un tendre non plus. Un attendri, plutôt. Un sensible. "