10/30/2014

La Provence - 30 Octobre 2014 - La part des nuages

Merci à J_R Barland, pour ce bel article ( et cette juste lecture) dans la Provence du jour !

Pierre Autin-Grenier - Analyser la situation - Editions Finitude,



"(...)Il y a des forts en thème comme ça qui sont incollables sur ce chapitre, la vie, qui mieux que personne connaissent pile et face de l’âme humaine, l’alpha et l’oméga de la bestiole, comment se dépatouiller avec tout ce bazar aussi pour se sentir à l’aise dans ses baskets et qui claquent à quarante-cinq ans d’une tumeur au cerveau sans trop savoir pourquoi. Ce genre d’histoire il faudrait pouvoir en tirer une morale je pense, mais cela m’a toujours paru au-dessus de mes forces n’étant qu’un amateur en la matière, aussi va-t-on laisser ce paragraphe tranquillement filer en queue d’anguille, comme la philosophie du quotidien en somme, et vite revenir pied au plancher au volant de cette voiture infernale fendant la nuit vers le grand nulle part embrumé de l’hiver.(...)"
 Pierre Autin-Grenier, Analyser la situation, Editions Finitude, en librairie le 06 novembre

10/28/2014

Viendez - 30 Octobre 2014- Libraire Goulard - Aix en provence





jeudi 30 octobre à 19 h00 Librairie Goulard
Aix-en-Provence 
Dédicaces et apéro avec Thomas Vinau pour La part des nuages,
  [Alma éditeur, 2014].

10/26/2014

Jeux olympiques




 Ce qui nous rassemble
ne se compte pas en victoires
mais en défaites

Laisser mes doutes
jouer les gros bras

Jeux olympiques
de celui qui creuse sa tombe
le plus vite

Mesurer qui
a la plus grosse
nuit

10/25/2014

Je serai jardinier - Attila Jozsef

Je serai jardinier

Je serai jardinier : des arbres à cultiver,
au lever du soleil moi aussi me lever,
n’avoir rien pour m’inquiéter
sinon la fleur que j’ai plantée.

Chacune des fleurs que j’ai plantées
au rang des fleurs sera ma préférée,
même l’ortie, à la bonne heure,
tant elle sera vraie, ma fleur.

Pipe à la bouche, buveur de lait,
A bonne renommée je veillerai de près,
Le danger ne m’atteint plus guère
Je me suis mis moi-même en terre.

Il le faut vraiment, oui, vraiment,
et au levant et au couchant,
–quand le monde sera décombres
qu’il y ait une fleur sur sa tombe.
 

Attila Jozsef
(traduit Guillaume Métayer)

Dom La Nena - Start a War


10/24/2014

Petite flambée

A l'heure des ombres découpées
l'ours qui avait besoin de lumière
a fait brûler son sourire



10/22/2014

Soirée de souscription et lancement de P(h)ommes de Terre et des éditions de La Boucherie Littéraire

Jeudi 23 octobre 2014
à partir de 18h30
soirée de lancement des
éditions la Boucherie littéraire
en présence de
Thomas Vinau & René Lovy

Lancement des éditions la Boucherie littéraire
"Les éditions la Boucherie littéraire ne sont pas le fait du hasard ou de rencontres fortuites. Mais un cheminement et un mûrissement des idées et des désirs.
Naissant à peine, nous ne pouvons encore préciser notre politique éditoriale, mais qu'on se le dise, nous l'affirmerons poétique éditoriale !
Et cela avec toute l'exigence dont nous avons fait preuve jusqu'à présent dans tout ce que nous avons entrepris.
Nous savons vers quoi nous allons sans connaître, heureusement, l'itinéraire de notre voyage.
Nous nous souhaitons des destinations où nous pourrons partager avec vous de nouvelles sensibilités et de belles rencontres humaines et littéraires.  Nous ferons escale là où les mots et les blancs de la page distillent l'essence de poésie qui nous irrigue.
Et l'aventure commencera ce 23 octobre 2014, au centre culturel La Laiterie à Cadenet, où nous vous proposons de devenir acteur de cette naissance. Notre soirée de lancement de la maison d'édition se fait via un appel à souscription pour la publication du livre p(H)ommes de terre.
L'exposition p(H)ommes de terre au-delà de la mise en avant du travail du plasticien suisse René Lovy est avant tout la rencontre, provoquée par la Boucherie littéraire, entre le poète Thomas Vinau et René Lovy.
En effet, nous avons imaginé cette rencontre avec Thomas Vinau, dont l’écriture et l’humanité nous semblaient aux plus proches de la sensibilité et du travail de l'artiste.
Cette aventure a vu naître vingt-huit textes accompagnants vingt-huit portraits du tubercule.
Ainsi, très naturellement, l'auteur s’est emparé de l’univers du plasticien helvète pour nous offrir un texte qui nous questionne, nous remue et nous colle à la peau... de terre.
Le 23 octobre, après avoir déambulé dans les 100 m2 de la salle d'exposition, nous vous convierons à une rencontre avec Thomas Vinau qui sera suivie d'une lecture et d'une projection de photographies de René Lovy extraites du livre.
Nous terminerons la soirée en dégustant une sélection de vins et de charcuteries de nos partenaires : le Château de Clapier (Mirabeau) et  la boucherie Da Prato (Cadenet).
Pour lire les 3 premières pages du livre
Pour entrer en détail dans le livre et découvrir davantage les protagonistes de p(Hommes de terre et les conditions de la souscription, suivez le lien ci-dessous. Ou, si vous ne pouvez pas être des nôtres le 23 octobre prochain, mais que vous souhaitez participer à notre aventure vous pouvez également télécharger le dossier de souscription ci-après :"

10/20/2014

faufilade

(Phone booth, NYC by Helen Levitt (1988)) 


Il faut croire
que nous trouverons 
toujours un moyen
de nous faufiler
entre le marteau
et l'enclume
le jardin et
le bitume
le petit matin
et la lune 


10/19/2014

Prise d'otage















Le casque en fusion des platanes
sur la route du jour qui se lève
sera ma première condition

Un sac de bisous
en forme d'abricots secs
sera dans la rançon

Le silence absolu
des vendeurs de chaussette
que l'hémicycle excite
s'impose si vous tenez
à réussir l'échange

Je serais intraitable
quand à la quantité
de poussière diffusée
dans la lumière

Ce soir
si chaque exigence est remplie
Je vous rendrai la nuit

10/18/2014

La librairie Francophone - Samedi 18 Octobre 2014 - La part des nuages

 Un grand merci à Grégoire Courtois, mon Libraire Auxerois préféré qui  chronique  La part des nuages dans l'émission "La librairie Francophone". C'est samedi 18 Octobre 2014, de 15h à 16h sur France Inter.

10/17/2014

Parution en revues - Automne 2014



Ces revues sont sublimes et pourtant je suis dedans !
(Merci à Jean François Dalle,  Jean Baptiste Gendarme, Claire Castan, Gwilherm Perthuis et David Collin)




Saute Frontière - Octobre 2014 - Juras


Ici les gens
entrent debout
dans ton sourire

°

Thérèse 
se promène 
main dans la main
avec sa mort

°

Marie-Hèlène Lafon
glisse la langue
entre le marteau 
et la plume

°

Le gang des Lyonnais 
n'a de cesse
de ne pas frapper

°
Philippe est mon guide
car il sait se perdre
mieux que personne

°
Un renard gobe 
l'oeuf en noir et blanc
de la lune

°
Le brouillard est parti devant
en éclaireur
essayer la nouvelle piste de danse
de nos sensations

°
On ne fait pas d'orage
sans casser de nuages

°

10/14/2014

Nos vies balayette

Je voudrais écrire chaque instant d'une seule journée. Chaque parfum qui colore les gens que j'aime. Tous les mots, les regards, les silences, les sourires qui nous traversent en même temps. Les contraintes, les colères, les non dits, les mensonges qui composent aussi nos moments. Je passe beaucoup de temps dans ma vie à ne pas écrire ce que je vis avec le sentiment de le perdre et de ne plus pouvoir le vivre. Un matin ordinaire, un réveil pressé, l'enfant aux yeux gonflés, le cauchemar de la nuit, nos élégances de chats mal léchés. La toilette de la belle, le déjeuner, la crotte, le trajet à pieds jusqu'à l'école, la course, les odeurs dans le froid du matin, les cailloux pointes de flèches, le petit bonhomme qui se coltine au monde, la bonté du bonjour, le regard en coin, la poubelle qui pue, la course sur le trottoir, la main derrière la vitre de l'école, la beauté de ma douce comme un arbre après l'orage, le dos rond du chien, le vent dans la bouche, le ciel, un mot échangé, à ce moment là il est 8h 30 du matin, la journée officielle commence. Juste pour écrire ce moment entre le réveil et le départ il me faudrait mille détails, mille mots, mille sens, mille livres. Il faudrait que je passe ma journée entière à écrire ce moment où la journée commence. Ce qui n'est pas possible. Alors je passe la balayette, je ramasse quelques miettes, leur beauté négligée, et j'en fais un poème.

10/12/2014

Epargner


On peut encore tenter
de récolter les pots cassés
de sauver ce qu'il reste 
mais comment faire
pour épargner
ce qui est  perdu
avant d'avoir eu lieu

10/11/2014

Les pérégrinations poétiques





Randonnées poétiques dans les hautes Combes avec Jane Friedrich, Béatrice Graf, Frédéric Houdaer, Béatrice Brérot, Thomas Vinau, Marie-Hélène Lafon avec Yves Berger et Alexandre Loye

Les peregrinations

Les hautes Combes

Samedi 11 octobre de 9h à 17h
au choix

Choix 1 Par La combe de Bellecombe
Moyens marcheurs (3h de marche) et grands marcheurs (4h de marche) en compagnie de Yves Berger / Alexandre Loye et Marie-Hélène Lafon
Départ à pied à 9h du gîte d’étape des Adrets sur la commune de Bellecombe, par les villages des Moussières (lecture Refuge de Borneval), et les Molunes (lecture Gîte La vie neuve)

Choix 2 Par Les Bouchoux
Départ à pied à 9h de la ferme au Chapeau vert

Grands marcheurs : (5h de marche) Pérégrination par les Grandes maisons, la ferme de Gobet sur la commune de Belleydoux (lecture Thomas Vinau). Retour par le site classé des Roches d’Orvaz et la Combe de Leary (lecture Béatrice Brérot)
Petits marcheurs : (2h de marche) Pérégrination au départ de la ferme au Chapeau vert (lecture Frédéric Houdaer) et présentation des Editions Le pédalo ivre.
Midi : Combe de Leary (lecture Béatrice Brérot)
À Tré-la-ville, au retour, lectures aux Vergers des couloirs par les trois auteurs.

- Samedi 11 octobre à 17h30
Impromptu poétique Place des Bouchoux
avec Béatrice Graf, percussionniste et le groupe Poésie par cœur autour d’un verre de l’amitié offert par la commune des Bouchoux

Sur le plateau du Lizon, Claude Guerre, Laurence Vielle, Frédéric Houdaer, Béatrice Brérot, Thomas Vinau, Alexandre Chollier et Marie-Hélène Lafon

Les peregrinations
journée du dimanche 12 octobre
La commune de Lavans-les-Saint-Claude, bourgade de 2000 habitants à une dizaine de km de Saint-Claude, a fait le pari du développement durable et de la biodiversité.

Pérégrinations jusqu'au hameau de Champandré
départ 10h salle des fêtes de Lavans-les-Saint-Claude vers :
Choix 1- la chèvrerie Barbiches et papilles :
lectures de Frédérick Houdaer, Béatrice Brerot et Thomas Vinau)

Choix 2- la Roche Lézan en présence de Xavier Broquet, moutonnier avec les auteurs :
Alexandre Chollier (à propos de ELisée Reclus) et Marie-Hélène Lafon

Sur le site de Champandré face à la chaîne des Monts-Jura,
au cœur de cultures maraichères bio Armelle Briançon et Laurent Hillairet accueillent à midi : Le repas collectif de la frugalité joyeuse préparé par le camion-fourchette

14h Restitution du projet d'écriture de Claude Guerre et Laurence Vielle,
long poème à deux voix qui rencontreront les percussions et les chants de Béatrice Graf

 

10/10/2014

Pérégrination poètique dans le Jura - du 10 au 12 Octobre

Du 8 au 12 octobre
13eme édition des Pérégrinations poétiques dans les Montagnes du Jura 

28 septembre à 17H30 :
Prélude dans le cadre de la manifestation  Genève villes et champs
la frugalité joyeuse... une réalité ?
Pour en parler, plusieurs voix poétiques se feront écho dans les paysages sonores
du Parc naturel régional du Haut-Jura : 

celles de Erri de Luca dit par Nicolas Gény
Marie-Hélène Lafon, Thomas Vinau

  Laurence Vielle, Claude Guerre              
Yves Berger, Alexandre Loye, Thérèse   Houyoux dit par Jane Friederich
Frédéric Houdaer, Béatrice Brérot
Elisée Reclus
vu par Alexandre Chollier
               
qui rencontreront les sons  de Béatrice Graf, Cyril Darmedru, Guigou Chenevier , Emmanuel Gilot

retrouvez tout les détails de l' événement  sur le site www.sautefrontiere.fr

La poésie va suer
ça lui fera les pieds
C'est parti !

10/09/2014

Parution - Revue Hippocampe - Automne 2014

A PARAITRE LE 9 OCTOBRE 2014

SOMMAIRE 

Recherches et idées :

Nina Leger Au mur de mon regard
Anne Sauser-Hall Le Balcon (d’après Manet) »
Paul Ruellan L’image que je me fais
Daniel de Roulet Le philosophe, l’économiste et le romancier
Claude-Hubert Tatot Tony Morgan - texte et portfolio
Delphine Alleaume Provoquer un pas de côté… (Robert Burton)
Jean-Claude Hauc Sade était-il sadique ?
André Gabastou Résurrections walsériennes + vidéos de Marie José Burki

Créations :

Pierre Voélin Du carnet noir (suite)
Thomas Vinau Les fraises sauvages
Luc Andrié Bolaño (portfolio)
Thomas Vinau La Horde
Heike Fiedler Cinq heures quarante, fragment d’aujourd’hui
Franck Smith Alep 11/03/2013​

Dossier Anticipation :

Éric Pessan Tu n’as rien anticipé
Michel Viegnes La science-fiction permet-elle de penser l’avenir ?
Antoni Casas Ros Médusa
Eduardo Berti « Le premier »
Christian Doumet L’expertise de l’incompétence
David Collin Le Labyrinthe d’Horta
Thierry Gillybœuf Too Real Humans

Rubriques (enquête - radio - traduction):

Enquête : Quelle est votre expérience de la salle de cinéma ? Erik Bullot, Jean-Michel Frodon
Philippe Baudouin et Jeffrey Sconce Des médias hantés (entretien)
Olivier Mannoni Traduttore, Trattore

Notes de lecture : 

Jacques Rancière, Le fil perdu, Essais sur la fiction moderne (par Odile Schoendorff) / Noëlle Revaz, L’Infini livre (par Daniel de Roulet) / Thornton Wilder, Le Pont de San Luis Rey (par Thierry Gillybœuf)

Livre de photographie Tiphaigne de la Roche Giphantie - La Tempeste
Exposition de papier Maculatures et matrices avec Francis Baudevin, Lucie Chaumont, Philippe Gronon, Florentine et Alexandre Lamarche-Ovize

Conception graphique : Jérôme Séjourné, Atelier Perluette
Imprimerie : Alpha (Peaugres, Ardèche)
1000 exemplaires / 136 pages / dos carré collé / 14 euros.

Acheter la revue ou s'abonner

Monstres


Je vais jouer avec mes monstres
me blottir dans leurs bras
Ne venez pas me déranger

Norma Lité

10/07/2014

Si ton métier est de t'intéresser à tous ...




" Si ton métier est de t'intéresser à tous, commence donc par t'intéresser à l'un d'eux, rien qu'un seul."
Silvio D'Arzo


(cité dans le très beau Ricordi de Christophe Grossi)

10/06/2014

L' Échappée

Au collège
derrière les pissotières
Il y avait un mur caché
que nous creusions à la cuillère
comme les évadés d'Alcatraz
pour faire l'école buissonière
Le travail d'une année nous apprit 
que derrière le mur
il y avait encore d'autres murs
l'année suivante 
camouflé entre les feuilles d'un livre
et les coussins de la bibliothèque
nous apprîmes  qu'il existait également
d'autres passages secrets