8/24/2016

Cabinet de curiosité (9)

(Le Cabinet de curiosités par Domenico Remps (1690) - Florence)

Trois gouttes de poussière
deux grains de pluie
des traces de pieds mouillés
sur une tomette usée
un bernard-l'hermite planqué 
dans une bogue de châtaignier
 

8/23/2016

Cabinet de curiosité (8)

(Le Cabinet de curiosités par Domenico Remps (1690) - Florence)
 
 
Le calligramme d'un papillon de nuit
le phylactère d'une rose d'éther
la litote d'une linotte

8/22/2016

Bye Bye Toots


Cabinet de curiosité (7)

(Le Cabinet de curiosités par Domenico Remps (1690) - Florence)

La momie
d'un doigt d'honneur
sur un lit de fleurs
un cauchemar empaillé
la pointe de lance abimée
d'une question d'enfant

8/20/2016

L'amuuurrrrr !

Je voudrais prendre
un bain de minuit
dans ta culotte

Cabinet de curiosité (5)

(Le Cabinet de curiosités par Domenico Remps (1690) - Florence)

Une barbe en mousse
une mousse en barbe
et le ticket de métro 
d'une brésilienne en joie

8/19/2016

Cabinet de curiosité (4)


(Le Cabinet de curiosités par Domenico Remps (1690) - Florence)

Et sur le présentoir
en bois de mer
une corne de licorne
ou de cocu
(ça dépend des fois)

Cabinet de curiosité (3)


(Le Cabinet de curiosités par Domenico Remps (1690) - Florence)

Il entreposait
dans le métal rouillé
d'une boîte ancienne
les histoires d'amour clandestines
les vies entières vécues
en un seul regard


8/18/2016

Cabinet de curiosité (2)


(Le Cabinet de curiosités par Domenico Remps (1690) - Florence)

Sur la soie
un crâne
de souvenir

une couronne
de honte

la fleur séchée
d'un pet de dragon chinois

Cabinet de curiosité (1)


(Le Cabinet de curiosités par Domenico Remps (1690) - Florence)

Derrière la vitrine polie
d'une petite boite à bijou
les silences de savane
de sa reine endormie

8/12/2016

Au zénith

Je regarde avec mon Gaspard
une chauve-souris ronquer
dans l'oreiller de son duvet
à l'ombre d'un vieux volet

8/11/2016

Qui veillera sur tes rêves ?





















Quand tu dors
les rivières accouchent
de questions pleines de cuisses
de silences pleins de rires
Les pattes fourbues des étoiles
le ventre creux des bêtes
toute la nuit attend
que tu leurs donnes 
la tété

8/09/2016

Guillevic a raison

Guillevic a raison
(comme souvent)
Il y a des monstres qui sont très bons
et j'ajouterai même
que nombre de fées 
sont dégeulasses

8/06/2016

De l'amour et des glaçons

J'écris des poèmes
en forme de copains
au fond des verres de vin blanc

Les filles sont douces
elles bercent des étoiles filantes
dans la poche arrière de leurs jeans

C'est fou comme on est beaux en ce moment
tu trouves pas ma princesse
la lumière te va à merveille
et nos ecchymoses
sont des boules à facette

Patron, tournée générale
pour chacun de l'amour
et des glaçons


8/05/2016

76 Clochards célestes ou presque - Charlie Hebdo

Merci à Sigolène Vinson pour sa chouette chronique de mes 76 Clochards célestes ou presque dans le dernier numéro de Charlie. Youpi !

7/29/2016

Programme de l'été 2016

 Cet été nous serons
 eric-rohmer:
“ Judex by Georges Franju (1963)
”
  les oiseaux qui nous sauvent

et le vent dans les jupes
fyeah-haroldlloyd:
“ “ Harold dusts off his typewriter - “Bumping Into Broadway” 1919)
” ”
les poèmes en poussières
Maudit buster keaton the three ages there's really not point to this gif and a lion
et la flemme des fauves
vivo2306:
“ breveslampejosdebeleza:
“  Ita Rina em Tonka Sibenice (Karl Anton, 1930)
”
vivo0807
”
 la revanche des rêves

et la morgue des rois

7/28/2016

Nous mordrons ou nous partirons

(Art Director - Booking / Reverence Festival Valada / Sabotage Club Lisboa)

J'ai des éclipses au bout de la langue
des matins qui s'ouvrent le ventre 
pour nourrir leurs fragiles bestioles
Nos pieds s'agitent nos rêves grouillent
nous mordrons ou nous partirons
nous enfanterons nos horizons
comme une belle meute de mots

7/26/2016

Le monde est un vinyle nous sommes un villebrequin

 

Ce qui ne tourne pas rond
et ceux qui tournent en rond
entre les deux
des oiseaux ivres
s'inventent chaque jour
de nouvelles cages

7/24/2016

Le paradis boueux



Je rentre d'un paradis boueux, fait de pluie et de poils, de chansons, de fougères et d'orties. Je garde le goût des nuits trop courtes au vin de rose et de sciure de bois imbibée de sourires qui ne roulent pas des épaules.  Nous avons les bras chargés de cadeaux, nous avons les bras chargés d'envie, de jeunesse et d'amis. Auourd'hui je retrouve le monde, mon bureau, les infos, les ordis. Nous sommes bien à la maison, les enfants se reposent, chacun s'est lavé deux fois. Le levreau est de retour dans la plaine, pas loin des voitures et à la portée des fusils. Dans cet espace qui lui ressemble moins il est chez lui. Dans cette contradiction peut-être est-il plus agile d'être plus fragile. Quoi qu'il en soit, il connait un nouveau passage, une sente secrête vers un refuge inédit où faire sa toilette de douceur. Alors il dit merci.
(à Anne et Didier)

Un poème avec Jack London - Nos cheveux blanchiront avec nos yeux - 2010



( Nos cheveux blanchiront avec nos yeux, Thomas Vinau, 2010, Alma éditeur et 10/18)


(Un beau dossier à retrouver dans le dernier numéro du Matricule des anges et une superbe réédition de L'appel de la forêt chez Finitude traduit par Jean-Pierre Martinet)

7/23/2016

la croisière s'amuse

 

(Ce blog va prendre son rythme de croisière pendant le mois qui vient les petits gars)

7/21/2016

Atteindre l'ombre grise

Atteindre l'ombre grise
des grands pins et des chênes liège
qui dessine sur la castine
sa dentelle fraîche
tenir le souffle
tenir le rythme
penser à dérouler le pied
penser à déceler l'oiseau
ou le serpent
ou la menthe sauvage
penser à continuer
et atteindre l'ombre grise
des grands pins et des chênes liège
qui dessine sur la castine
sa dentelle fraîche

ça vaut aussi
si tu ne cours pas