5/24/2015

Marque-page

Je glisse ce poème
comme une feuille de pq
bien rose et bien légère
en guise de marque page
entre maintenant et tout à l'heure
quand l'odeur du café
se colle à la lumière
dans la peau de ton cou

"Les hommes ils ont bien fait la vie hein"


5/23/2015

Les pensées de Tony (16)


Si l'habit ne fait pas le moine on peut penser qu'il existe des fumées sans feu 
Quant à l'intérêt d'amasser de la mousse ...

5/22/2015

Les tigres



Les tigres
portent leurs enfants
dans la bouche

Les enfants 
portent leurs tigres
dans la bouche

5/20/2015

Le Darwinisme expliqué à ma poule



Il y a cette poule devant un couteau. Elle n'en sait rien de ce couteau. Tente de le goûter. Tourne autour. S'y pique. S'y éblouit. Jour après jour elle ira s'habituer à ses reflets dans un mélange d'admiration et de terreur. Lorsqu'elle ne le craindra plus, elle l'oubliera. Il disparaitra gentiment sous ses fientes. 
Le bonhomme dominant lui saurait s'en servir. Le bonhomme prendra le couteau. Il commencera par en jouer. Jusqu'à se faire mal. Peut être se mirera t-il dedans. Et puis il fera le malin. Paradera. Menacera. Il apprendra à couper, tailler, planter, prendre ce qu'il veut. Prendre mieux, plus rapidement, avec plus de force. Protéger mieux. Se reproduire et s'étendre. Il bouffera la poule. Sera le plus fort. jusqu'à ce qu'un plus fort lui coupe un bout de peau et lui prenne le couteau.
Le blessé, le vieillard, le faiblard, le pas fini, l'enfant, le bonhomme dominé, observera tout ça à bonne distance. Avec le mélange de peur et d'admiration de la poule. Avec le mélange de savoir et de pouvoir du dominant. Il observera de loin, jusqu'à ce que le costaud repu s'endorme dans le sang. Il volera le couteau. N'envahira personne. Se croira plus fort. Se grisera. Se coupera. Peut être se mirera t-il dedans. Peut être parviendra t-il a mieux nourrir son enfant. Et avant que le dominant revienne lui briser le crâne, peut être essaiera t-il de peindre avec le couteau et le sang.

5/19/2015

I expect nothing

paulyoptosaurus:

this more accurately represents me than i am willing to admit

Routine

Tes petites habitudes
de petite vieille 
dans sa petite vie
ces parfums
de chaque matin
rituels tranquilles
incantations de rien
ce commun
ce quotidien
que tu abhorrais
contre lequel 
tu t'évertuas 
à lutter
si longtemps
la tiédeur du jour
qui recommence
de la semaine
de la rentrée
de l'année 
qui recommencent
ton petit cycle 
insignifiant
ton château de sable
ton bras de fer
d'insecte
avec la mort
ta merdique routine
sublime
qui tient tête au néant

5/16/2015

Presque magique

Soir de Mai. 20h08. Une lumière intense, pleine et légère, presque magique, perce à travers la vitre des toilettes et inonde le mur d'une brillance crépusculaire qui donnerait envie d'avoir une révélation mystique si nous n'étions en plein caca.

Parution - Revue Patchwork n° 4/5 - Mai 2015





















La très belle revue Patchwork, n° double 4 & 5, va bientôt paraître. Sommaire et couverture ci-dessus. De forts bon auteurs et la part belle à la mémoire sous l'augure de Jean Claude Pirotte et de Pierre Autin-Grenier. Deux oiseaux noirs du printemps qui nous manquent.

5/15/2015

Les nouvelles modalités d'exécution

smithsonianlibraries:

Funny how International Migratory Bird Day always seems to fly by… The Birds of Berwickshire, 1889 

Très vite le général trancha
De ce jour furent instaurées
les nouvelles modalités d'exécution
Chaque nouveau dissident 
sera condamné à mort
par rafales cinglantes 
de martinets

5/14/2015

Jean-claude Pirotte


 

"De tous les livres que je n'ai pas lus, de tous ceux que j'ai lus, et de ceux que je n'ai pas écrits comme de ceux que je me suis échiné dans les nuits à écrire, il ne reste à l'aube qu'une langue de fumée autour de la lampe.
De même que reste-t-il des ivresses que l'on croyait les plus fécondes ? Et des plus obscures beuveries dans les coupe-gorge si vrais qu'ils en paraissent imaginaires ?
Venu du plus lointain de ma mémoire, j'écoutais hier, il y a des siècles, le mouvement large et lent d'un concerto de Locatelli, tandis que la vie ruminait ses plans absurdes avec l'air excédé des putains à qui l'ont promet trop, et qui n'ignorent pas que jamais aucune promesse ne transforme en voile immaculé le drap souillé du lit. Quelque part un chien réveillé par la tempête aboyait pour faire taire le vent, un enfant pleurait pour faire taire le chien, et l'arbre qui habite nos corps craquait, ce craquement soudain installait en nous le silence, et nous levions nos verres sans parler, nous ne savions pas encore si le petit matin commençait dehors à profiler la ville de son trait de fusain gris. Mais ce que nous savions de toute éternité, ce que nous pensions savoir de science immémoriale, c'était le goût des amours impossibles, qui n'entre pas pour rien dans l a composition des précieuses recettes nocturnes."

Jean Claude Pirotte La légende des petits matins

Dakota Suite - Hands Swollen With Grace


5/13/2015

Charbonne



Règne
sur ta meute
d'absents

Écrase toi
sous le cuir
de ton propre talon

Dévaste
ton tableau

Charbonne

5/12/2015

Parution - Des Salades - Donner-à-voir - Mai 2015



































Un vrai bonheur aujourd'hui de recevoir Des salades. Donner-à-Voir et Matt Mahlen ont fait un sacré beau boulot ! Un grand merci à eux. C'est à vous maintenant de faire pousser tout ça...



Écoute
ce que la boue
la lumière et l'eau
sont capables d'inventer
Écoute-la cette histoire 
tarabiscotée
la vie nous raconte
des salades

5/10/2015

la routine sombre


Comme chaque jour le jour
sort de son trou noir
en laissant un peu de sa suie
au fond de nos regards

5/09/2015

L'haleine de la victoire



“I hope that one day you will have the experience of doing something you do not understand for someone you love.”
— Jonathan Safran Foer,“Extremely Loud and Incredibly Close”
 

Un jour en perdant
j'ai gagné le goût de ta bouche
depuis tous les vainqueurs
me font bien rire

5/08/2015

Le journal littéraire

 01 mai
Entame un journal littéraire comme Léautaud and coco.
Ranger le monde par tranche de livres.

02 mai
Une allumette qui se consume entièrement.
Défier un geco.

03 Mai
Bonjour je n'existe pas, et vous ?
Manger les pissenlits par la fleur.

04 Mai
Flemme d'ouvrir une bière.
Se laisse pousser le jour.

05 Mai
Demande une formule détartrage premium à son dentiste.
Il faut toujours rentrer à pied.

06 Mai
Est certain d'avoir perdu quelque chose mais quoi ?
Flemme d'aller se coucher.

07 Mai
les ombres sont de sublimes ruines
une braise meurt en plusieurs heures
Nous sommes les saucisses ...

08 Mai
 Pigeon tombé du nid, achevé du pied.
Même sort pour le journal que pour le pigeon.

5/06/2015

- Parution - Des Salades - Donner-à-Voir - Mai 2015




















"Des salades…
Un titre qui nous conduit au jardin. Mais aussi un
titre décalé qui nous pousse du coude, nous en raconte,
des vertes, des pas mûres, des vraies et des
presque “pour rire”. Thomas Vinau est un curieux
jardinier, et un jardinier curieux. Son jardin tient
autant de l’aire d’accueil, de jeu et de repos que
du potager. Insectes et autres bestioles y disposent du
droit d’asile. Et le jardinier en semble, finalement,
très heureux. À dire vrai, nous aussi…"
Alain Boudet

  Donner-à-voir


5/05/2015

5/03/2015

fait du carnage de l'orage une chanson



Chaque matin dans la cuisine
Louis Armstrong 
se tartine une tempête 
pour sa trompette
au mépris du jour
il répondra par son sourire
qu'il aiguise comme un couteau
De la violence de la nuit
sa voix amortira les coups
Il dure comme la douceur 
dure avec la dureté
et sa tête est devenu
un punching-ball
concassé 
de beauté



5/02/2015

Un peu de paix




Matin tordu
un peu de paix
germe au milieu des défaites

Aujourd'hui
embrassez les pieds
de vos esclaves