12/23/2013

Le père noël

Soyons clair, rien n'est pire pour moi qu'un supermarché, mis à part un supermarché avant Noël. Mais il fallait bien que je retrouve un peu de foi envers le foie mort et la distillation commensale, ne serait-ce que pour la petite. J'ai donc joué le jeu et puis il me fallait un nouveau hachoir. Bref, les forces fluorescentes et concentrationnaires étaient à leurs apogées, les huîtres et le pain d'épice débordaient des étals, les enfants enfonçaient leurs ongles dans la peau glabre des mains de leurs grands-parents en trépignant d'impatience comme des fourmis devant un cadavre. Les pauvres avaient trop froid pour se montrer et gâcher la partie en gémissant, autrement dit,  l'esprit des fêtes brillait sur nos têtes. J'essayais d'aller vite, refoulant au fond de ma cervelle contrite des images d'orbites oculaire explosés par des oranges confites, lorsque l'avide mini-moi qui commençait déjà à baver me tira par le bras entre les rayons  vers ce genre de lumière au fond du tunnel qui laisse présager au choix une near-death-experience ou une near-phares-de-camion-dans-la-gueule-experience. Photo gratuite. Sous les flashs crépitants, l'âne empaillé sentait les vieilles bottes de marin. Il lui manquait tout un pan de pelage, flan habilement camouflé contre le mur et je peux affirmer que même si ses yeux étaient en verre, il pleurait. Le client qui me précédait pour la photo lâcha un il est bizarre le père Noël cette année, impression confirmée à mon approche. Il avait dans les yeux le port d'Amsterdam un lendemain de méthadone. C'était comme une barbe collée sur une plaie. De son charmant costume émanaient les petites saveurs tièdes que gardent au creux de leurs intimités les apprentis équarrisseurs. Au moment où il posa la main sur l'épaule de ma fille pour la photo, une mouche sortie de sa bouche.

1 commentaire:

Breuning Liliane a dit…

Magnifique!
(je parle de l'écriture).
Bonnes fêtes, Thoams!