3/30/2016

Au sortir de l'hiver - à Gianmaria Testa -

Il faut les voir ces ours
au sortir de l'hiver
gueule tirée du fond de la terre
leur peau comme une chemise trop grande
prêt à boire tout le ciel
dans la coupe trop claire
de leurs grands yeux tristes

1 commentaire:

Anne Le Maître a dit…

"Ma certe nostre sere hanno un colore che non sapresti dire, sospese fra l'azzurro e l'amaranto e vibrano di un ritmo lento, lento... E noi che le stiamo ad aspettare, noi le sappiamo prigioniere come le onde del mare, come le stelle del mare...

si muovono e c'incantano le ore di certe nostre sere e sanno di partenza e di tramonto
e di sorvolare lento, lento.. Ma noi che le sappiamo prigioniere, non le possiamo liberare come le onde dal mare, come le stelle dal mare"

"Mais certaines de nos soirées ont une couleur
Que tu ne saurais dire
Suspendues entre le bleu et l'amarante
Et elles vibrent d'un rythme lent, lent
Et nous qui les passons à attendre
Nous les savons prisonnières
Comme les ondes de la mer,
Comme les étoiles de la mer.

Si les heures de certaines de nos soirées
Avancent et nous enchantent
Et sont sur le point de partir et de se coucher
Et de survoler lentement, lentement
Mais nous qui les savons prisonnières
Nous ne pouvons pas les libérer
Comme les ondes de la mer
Comme les étoiles de la mer."

(https://www.youtube.com/watch?v=NFP_GrzWylg)